ejaculation precoce

Je suis venu à comprendre que je devais essentiellement re-former mon corps pour arrêter l’éjaculation prématurée. Pour ce faire, j’ai besoin d’effectuer quelques exercices simples. Celles-ci pourraient être effectuées n’importe où, et malgré beaucoup d’arrêt engins de éjaculation précoce là-bas, on n’était pas nécessaire. Il a été essentiellement suit un bon programme et faire les exercices de la manière appropriée qui a conduit à mon succès à long terme pour arrêter l’éjaculation prématurée.

Pour les chercheurs, elle est souvent d’origine émotionnelle ou psychologique. Néanmoins, des recherches récentes ont également mis en avant le fait que l’éjaculation précoce pouvait aussi venir de problèmes physiques, comme des problèmes hormonaux, urologiques ou neurologiques. Par exemple, un faible taux de sérotonine dans le cerveau peut accélérer le temps nécessaires à l’éjaculation.

D’un point de vue physiopathologique, les études menées ces dernières années suggèrent une origine neurobiologique à l’éjaculation précoce. En effet, le cerveau exerce un contrôle sur le centre de l’éjaculation situé dans la moelle épinière via des neuromédiateurs. « Parmi eux, la sérotonine est considérée comme le neuromédiateur-clé impliqué dans la régulation de la réponse éjaculatoire après stimulation périphérique » considère le Pr François Giuliano, neuro-uro-andrologue à l’hôpital Raymond-Poincaré (Garches).

La peur de l’échec mène aussi souvent à ce type de troubles pour les hommes ayant une nouvelle partenaire. Mais ces effets disparaît généralement rapidement avec le temps. Les problèmes relationnels et les dépressions ont également des effets néfastes sur les relations de couple et favorisent les éjaculations précoces.

Les facteurs de l’éjaculation précoce varient chez chaque homme entre l’aspect psychologique et le trouble physique; chez certains, la dysfonction éjaculatoire provient d’une confusion psychique, du stress et de la fatigue quotidienne, chez d’autres, cela provient de maladies comme le diabète, l’hémorroïde, le cholestérol et autres. Dans tous les cas, il faut traiter le problème d’origine pour pouvoir rétablir l’éjaculation.

Les hommes qui souffrent d’éjaculation précoce peuvent pratiquer l’exercice de Stop. Cela consiste pour l’homme à retirer son pénis de la femme dès qu’il sent qu’il va éjaculer. Il attend que l’excitation passe et il peut entrer de nouveau dans sa partenaire. Et on peut le faire jusqu’à ce que les partenaires soient complètement satisfaits de leur relation sexuelle.

Les experts insistent sur le fait que le contrôle de soi et la relaxation demeurent le meilleur traitement ejaculation precoce. Cependant, il n’a pas été prouvé que toutes les techniques pour retarder l’éjaculation soient de véritables remèdes, comme de nombreux patients peuvent en témoigner.

Le traitement de l’éjaculation précoce consiste à apprendre à l’homme à gérer le cours de son excitation sexuelle durant la pénétration. «L’homme peut d’abord s’entraîner durant la masturbation afin d’apprendre les principes de base», explique le Dr de Carufel. «Il appliquera ensuite ces principes lors de la pénétration.

L’hypnose constitue un vrai moyen, aujourd’hui, de vaincre l’éjaculation précoce. On peut soigner et guérir de l’éjaculation prématurée grâce à l’hypnose. Pas mal d’avis et de témoignages vont dans ce sens. On ne parle pas d’hypnose de foire, comme on peut voir à la télé ou au cirque. Mais bien d’hypnose thérapeutique, médicale. Une pratique reconnue, mûre, élaborée il y a plus de 50 ans par Milton Erickson, psychiatre de renommé internationale. Elle est aujourd’hui utilisée par de nombreux psychiatres, psychologues et psychothérapeutes dans le cadre de nombreuses thérapies brèves, notamment pour les problèmes d’éjaculation précoce.

Aussi voici quelques conseils de plus sur l’éjaculation précoce.

L’éjaculation précoce est le plus fréquent des problèmes sexuels masculins, bien que cela se sache peu, car l’attention s’est focalisée sur les dysfonctions érectiles.

La plupart des hommes arrivent à l’orgasme après deux ou trois minutes déjà. Une éjaculation précoce arrive fréquemment. Ceci vient d’être prouvé pour la première fois par une étude scientifique.

L’éjaculation précoce ou l’éjaculation rapide, est un problème courant de la santé sexuelle de nombreux hommes d’expérience. C’est une maladie qui se soigne si vous connaissez le moyen pour contrôler votre éjaculation.

​Si peu d’hommes osent en parler, ils ont pourtant tout à y gagner puisque l’éjaculation précoce peut amplement se traiter, qu’elle soit, comme la plupart des cas, d’origine psychologique, ou physiologique. Certaines techniques toutes simples et naturelles peuvent déjà aider

Si vous n’êtes pas encore prêt à essayer un médicament pour traiter l’éjaculation prématurée, vous avez beaucoup d’autres options pour faire vos rapports sexuels plus long et plus agréable pour vous et votre partenaire. Ces exercices comme le Kegel sont faciles à réaliser et vous pouvez les faire n’importe quand, n’ importe où.

Il est important de faire la différence entre l’éjaculation précoce primaire et l’éjaculation précoce secondaire. Ces 2 types de précocité se soignent de la même manière, le temps de guérison peut tout de même varier.

Un éjaculateur précoce peut tout à fait répondre aux attentes d’une femme. Aussi l’éjaculateur précoce s’avère souvent être un partenaire attentionné et brillant lors des préliminaires. Un atout majeur puisque 70% des femmes sont clitoridiennes.

Un recette efficace pour retarder l’éjaculation consiste à fortifier durablement les muscles négligés du plancher pelvien avec lesquels l’homme réussit à retarder l’éjaculation. Ces «muscles de puissance sexuelle» comme les urologues les appellent, entourent le pénis et lui donnent sa force. Un tiers du pénis est implanté dans ces muscles.

Depuis quelques années, des médecins peuvent proposer un antidépresseur inhibiteur, la sertraline (50 mg/j) ou la paroxétine (20 à 40 mg/j), qui semblent donner les meilleurs résultats. Cependant, ces médicaments doivent être prescrits en association avec l’approche psychodynamique et comportementale.